Environnement : Timide percée des sachets bio dégradables sur le marché

lundi 10 août 2015
par  Rosine, Sémablegné

Environnement : Timide percée des sachets bio dégradables sur le marché

Le marché burkinabè est de nos jours ouvert aux sachets plastiques biodégradables. Cette politique du ministère de l’environnement intègre plusieurs acteurs de la société. Nous sommes allées à la rencontre de quelques boutiquiers pour voir comment évolue la tendance.

Dans sa mission de sauvegarde de la nature, le ministère de l’environnement a adopté une loi interdisant l’usage des déchets plastiques non bio dégradables au BurkinaFaso. Une lutte que l’on peut qualifier d’assez compliquée. Car au Burkina Faso, il faut le souligner, les sachets plastiques sont très utilisés si bien qu’ils sont ancrés dans les mœurs des Burkinabè. Un quelconque achat est emballé dans un sachet plastique. Il leur est donc difficile de s’en passer. Vu cet état des faits, le ministère de l’environnement a décidé de substituer progressivement les sachets bio dégradables aux sachets non bio dégradables afin de préserver l’environnement. Et depuis l’adoption de la loi en 2014, le ministère a autorisé l’importation des sachets bio dégradables. Une année après quel peut être le niveau de substitution ?

Etat des lieux chez quelques boutiquiers.

Les sachets plastiques bio dégradables inondent de plus en plus nos marchés. Certains boutiquiers que nous avons pu interroger sur la question affirment être au courant de cette loi et des changements qui devraient en découler. Pour SIGUE Daouda tenancier de boutique, « les sachets plastiques non bio dégradables ne sont presque plus sur le marché. Quand on veut s’approvisionner en sachets on nous propose le nouveau modèle ». Et au commerçant d’ajouter que « ces nouveaux sont très différents des anciens car ces derniers étaient épais. Les sachets biodégradables qu’on nous propose sont légers et même un coup de soleil peut les détériorer ».Ce point de vue est partagé par un propriétaire de mini alimentation dans le quartier Tampouy à Ouagadougou. Il souligne qu’il utilise les nouveaux sachets biodégradables nouvellement entrés sur le marché.

Cependant, cette vision ne peut être extrapolée.Tandis que certains sont informés sur les sachets plastiques, d’autres par contre disent toujours utiliser les mêmes sachets qu’auparavant. Ils ne voient et ne connaissent pas la différence entre les sachets plastiques. Pour eux, ce sont les mêmes sachets qu’ils utilisent. Voici le verbatim d’une vendeuse au marché de toessin « j’utilise les mêmes sachets plastiques ». Cette situation est la preuve que la communication autour de ce projet doit être renforcée afin de permettre à tous les marchands d’être mieux informés sur le sujet. Ainsi ils pourront faire la distinction entre ces deux types de sachets et donc de mieux suivre la tendance.

Diane Kagambèga (Stagiaire)

Source : www.Lefaso.net



Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.