Elimination des emballages plastiques : la FAE et le GRAAD ont formé les associations de Dédougou

lundi 22 juin 2015
par  Rosine

Elimination des emballages plastiques : la FAE et le GRAAD ont formé les associations de Dédougou

La Fondation April pour l’environnement (FAE) de l’agence pétrolière April oïl et le Groupe de recherche et d’analyse appliquée pour le développement (GRAAD) ont organisé le samedi 13 juin à Dédougou, un atelier de sensibilisation sur le thème : « 0 franc plastic à Dédougou ». Il s’est agi de sensibiliser l’opinion publique de Dédougou sur les dispositions de la loi 017 portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de la distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables.

« Est puni d’une peine d’emprisonnement de trois mois à cinq ans et d’une amende de cent mille (100 000) à dix millions (10 000 000) de francs CFA, ou de l’une de ces deux peines, quiconque produit, importe, commercialise ou distribue des emballages et sachets plastiques non biodégradables en violation des dispositions de la présente loi. En cas de récidive, la peine est portée au double ». Telle est la peine prévue par la loi 017 interdisant la production, l’importation, la commercialisation et la distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables. Si cette loi est entrée en vigueur depuis le 21 février 2015, estiment la Fondation April pour l’environnement (FAE) et le Groupe de recherche et d’analyse appliquée pour le développement (GRAAD),il reste que dans certaines localités du Burkina Faso, les populations n’en savent pas grande chose. C’est pourquoi, explique le Secrétaire exécutif du GRAAD, Gountiéni Lankoandé, nous avons organisé ce samedi 13 juin à Dédougou, l’atelier« 0 franc plastic à Dédougou ». Il s’agit pour nous de mobiliser et de sensibiliser l’opinion publique burkinabé, particulièrement celle de Dédougou sur l’impact de l’utilisation des sachets plastiques sur l’environnement et sur l’intérêt de la loi 017.

A ce titre, les participants qui étaient pour la plupart les représentants d’associations ont eu droit à trois communications. C’est notamment, « l’usage des sachets plastiques et leurs conséquences à Dédougou », « la loi 017/AN du 20 mai 2014 et ses implications » et « alternative aux sachets plastiques au Burkina Faso ». Il ressort des communications que c’est environ 1000 milliards de sachets plastiques qui sont utilisés dans le monde. Ainsi « plus d’un million d’oiseaux marins et plus de 100 mille mammifères meurent chaque année à cause des déchets plastiques ». Au Burkina Faso, les conférenciers estiment que chaque année les sachets plastiques entrainent la perte de 30% du cheptel. Ils contribuent à la détérioration de la qualité de la vie à travers la pollution des rues, l’envahissement des espaces verts etc. Ils ont souligné également que les sachets plastiques provoquent la baisse de la productivité agricole à travers la dégradation des terres. L’usage du sachet serait aussi responsable de nombreux problèmes de santé publique tel le cancer. Selon les conférenciers, c’est pour lutter contre ces problèmes que le gouvernement burkinabé a élaboré la loi 017/AN du 20 mai 2014 pour réguler l’utilisation des sachets plastiques. Pour eux, l’alternative aux sachets plastiques reste l’utilisation des sachets biodégradables. Les conférenciers invitent donc les populations notamment les femmes et les jeunes à un changement de comportement face à l’usage abusif du sachet plastique même biodégradable. Ils pensent qu’il serait préférable de faire recourt au panier comme autrefois pour faire le marché.

A la phase des échanges, les participants à l’atelier ont salué l’initiative. Ils ont saisi l’occasion pour égrener les problèmes auxquels ils sont confrontés dans leur volonté d’éliminer les sachets plastiques. Les associations de collecte de sachets plastiques ont par exemple réclamé l’achat et l’enlèvement des stocks déjà constitués. Pour le deuxième vice-président de la Délégation spéciale, Lucien Seri, « Cet atelier vient à point nommé. Dédougou est une ville salle, on retrouve des sachets plastiques un peu partout. Ceci pose un sérieux problème environnemental. Je pense que les responsables d’associations sortent suffisamment outillés. Les éléments d’informations et les conseils pratiques qu’ils ont reçus vont leur permettre en retour de sensibiliser leurs camarades. Cela va contribuer à changer le comportement des citoyens quant à l’usage des sachets plastiques ».

Le représentant de la Fondation April pour l’environnement, Ibrahim Sawadogo de son côté juge qu’au vu de la mobilisation des femmes, l’objectif est atteint parce que ce sont elles qui manipulent le plus les sachets plastiques. Il a confié que l’agence pétrolière April à travers sa Fondation april pour l’environnement va mobiliser un fonds pour le financement des activités des associations féminines dans la région de la Boucle du Mouhoun.

www.le faso.net



Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.