Forum national de l’eau et de l’assainissement : des acteurs s’engagent à chercher des solutions pour autofinancer le secteur

vendredi 20 février 2015
par  Rosine, Sémablegné

Forum national de l’eau et de l’assainissement : des acteurs s’engagent à chercher des solutions pour autofinancer le secteur

Le deuxième forum national de l’eau et de l’assainissement a pris fin, le samedi 14 février 2015, à Ouagadougou avec à la clé des engagements et de multiples recommandations et propositions visant à permettre l’accès permanent pour tous à l’eau et à l’assainissement à l’horizon 2030.

Organisé par le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques, de l’Assainissement et de la Sécurité alimentaire en vue de poursuivre le dialogue multi-acteurs et de préparer la participation du Burkina Faso au septième forum mondial de l’eau, prévu du 12 au 17 avril 2015 à Daegu-Gyeongbuk en Corée du Sud, le deuxième forum national de l’eau et de l’assainissement a refermé ses portes, le samedi 14 février 2015 à Ouagadougou. Comme points forts des trois jours de travaux, la formulation de recommandations et propositions avec à la clé, la prise de plusieurs engagements. Les participants ont suggéré surtout, pour réaliser l’accès permanent pour tous à l’eau et à l’assainissement à l’horizon 2030, de prendre les dispositions nécessaires pour réaliser l’équité du prix de l’eau entre le milieu urbain et le milieu rural et assurer la pratique d’un prix social de l’eau en particulier pour les populations pauvres et vulnérables. Ils ont aussi proposé d’approfondir la réflexion sur le droit à l’eau au niveau national en impliquant tous les acteurs du secteur (populations à la base, élus locaux, structures de l’Etat, OSC, etc.) en vue de favoriser la prise des textes de lois nécessaires. Ils ont recommandé, par ailleurs, de prendre les dispositions nécessaires pour améliorer les taux d’exécution physique et financière des projets et programmes du secteur par un transfert effectif des ressources financières aux collectivités et par un plaidoyer auprès du ministère de l’Economie et des Finances pour obtenir un allégement des procédures de passation des marchés et d’exécution de la dépense publique . Pour ce qui concerne l’amélioration des approches de développement et d’optimisation de l’accès aux services , les participants ont préconisé surtout de promouvoir la professionnalisation des métiers en matière d’assainissement en vue de les valoriser et les pérenniser et vulgariser la procédure détaillée, concertée et harmonisée entre les acteurs étatiques pour l’assainissement en milieu rural.

S’appuyer sur la recherche pour booster le secteur

Ils pensent qu’il faut développer la recherche sur l’ensemble du secteur de l’eau et de l’assainissement pour améliorer les connaissances, les approches et les pratiques afin d’orienter, de renseigner et de faciliter la décision par les détenteurs d’obligation. Aussi, ils ont exhorté de mettre une partie des fonds de Contribution financière en matière d’eau (CFE) pour la promotion de la recherche dans le secteur de l’eau et l’assainissement en vue d’améliorer la contribution de la recherche aux progrès du secteur. Quant à l’ amélioration de la gestion des services d’eau et d’assainissement dans le contexte de la décentralisation, le deuxième forum a donné notamment comme consignes de mettre à la disposition des collectivités territoriales des ressources humaines qualifiées pour assurer la maîtrise d’ouvrage dans le secteur de l’eau et de l’assainissement et d’adopter une approche ouverte en matière d’intercommunalité pour tenir compte des réalités et des choix réels des communes concernées. De plus, les participants ont invité les autorités à mettre en place un groupe d’experts avec l’appui des anciens du secteur pour assurer la communication et le plaidoyer et à prendre les dispositions utiles pour monter le débat sur le rôle et la place de l’eau au niveau politique en particulier au niveau du parlement en vue de faire du secteur de l’eau un secteur prioritaire au Burkina Faso.

Des ambitions affichées pour le 7ème forum mondial

Pour l’effectivité des suggestions, ils se sont engagés à faire du forum national de l’eau et de l’assainissement un espace d’interpellation des différents intervenants du secteur, à porter le débat sur les enjeux liés à l’eau et à l’assainissement au niveau des décideurs politiques. Ils ont pris aussi la ferme résolution de poursuivre les efforts en faveur du secteur et la recherche de solutions pour un autofinancement du secteur de l’eau et de l’assainissement.

Le Burkina Faso , pour ce qui est de sa participation au 7ème forum mondial de l’eau, ambitionne surtout plaider pour l’accès universel à l’eau et à l’assainissement d’ici 2030, la subvention du prix de l’eau pour le milieu rural, l’accroissement des investissements dans les ressources humaines et dans le renforcement des capacités. Cela en vue de garder l’eau comme un objectif de développement durable.

Le ministre des Ressources animales, Jean-Paul Rouamba, représentant le Premier ministre, qui a apprécié la qualité des conclusions des trois jours de travaux, a promis de soumettre les recommandations au gouvernement pour leur mise en œuvre effective. Il a exprimé sa gratitude aux Partenaires techniques et financiers (PTF), aux ONG et associations intervenant dans le secteur de l’eau et de l’assainissement et aux collectivités territoriales pour leur engagement et leur implication effective tout au long de la préparation et de la tenue de ce deuxième rendez-vous. A ce propos, deux personnalités, Désirée Nana de la coopération allemande (GIZ) et Jérôme Thiombiano consultant eau et assainissement et les PTF du forum ont reçu chacun une attestation pour leur engagement à faire surtout de l’eau une denrée disponible partout au Burkina Faso.

www.sidwaya.bf



Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.