Après le Soum, le Sourou fait face aux oiseaux destructeurs

mardi 18 novembre 2014
par  Rosine, Sémablegné

Après le Soum, le Sourou fait face aux oiseaux destructeurs

La campagne agricole 2014-2015 s’annonce excédentaire, selon le Comité de prévision de la sécurité alimentaire. Cependant, elle est menacée par des oiseaux granivores de l’espèce Quélia Quélia. Après le Soum où une intervention du Ministère de l’agriculture et de la sécurité alimentaire (MASA) a permis de contenir le péril aviaire, le cap est à mettre désormais sur la vallée du Sourou. Les producteurs et les techniciens assistent à une véritable invasion des parcelles et des champs par des oiseaux nichés, le long du fleuve Sourou. 

L’une des menaces au bon déroulement de la campagne agricole 2014-2015 est la destruction des récoltes par les oiseaux granivores. Des experts prévoyaient une éventuelle migration des oiseaux vers le Sud du pays ou la découverte d’autres colonies hors du Soum. Cela est une réalité depuis fin octobre dans la vallée du Sourou. Nichés le long du fleuve, des oiseaux en nombre impressionnant, prennent d’assaut les périmètres irrigués et les champs de haute terre pour s’alimenter en riz, en petit mil et en sorgho au stade pâteux ou laiteux. Contrairement à Soum, les dortoirs de ces espèces se trouvent dans les périmètres irrigués du Sourou. A Nyassa, un plan d’environ 7 hectares constitue un point de repli pour ces oiseaux. Difficile d’accès pour une éventuelle destruction des dortoirs. Amadou Diallo, producteur à Nyassa dit assister impuissamment à ces colonies d’oiseaux qui envahissent les périmètres irrigués du Sourou et détruisent les récoltes. Il est obligé d’être présent dans la vallée dès 6 heures du matin jusqu’au soir pour chasser ces espèces par la seule méthode dont il connaît : l’effarouchement. 

Dans les périmètres, l’heure est donc à l’utilisation de filets de capture et au recours à l’effarouchement. Pour la direction de l’Autorité de mise en valeur du Sourou (AMVS) qui appuie la production, les dégâts sont énormes et un dispositif de contenance d’un tel phénomène n’existe pas en leur sein. C’est ainsi que l’extension du plan de riposte à la vallée du Sourou dans la région de la Boucle du Mouhoun est à l’ordre du jour. Aux dires du comité de surveillance de la lutte anti-aviaire, les dégâts causés par les oiseaux granivores dans la vallée sont estimés à plus de 1 000 hectares (en plaine et hors plaine) avec des pertes comprises entre 25 et 60%. 

Pour l’instant, ni l’utilisation des filets, ni l’effarouchement ne vient à bout de l’avancée des oiseaux qui trouvent refuge sur un site Ramsar, c’est-à-dire un site dont les espèces végétales et animales sont hautement protégées. Pour Jean Marc Oulé, directeur régional de l’agriculture et de la sécurité alimentaire de la Boucle du Mouhoun, il faut fédérer les énergies et déployer les moyens nécessaires à contenir ces espèces pendant qu’il est temps. 

Prenant conscience des dégâts qui s’étendent sur 1 000 ha de culture dans le Sourou et d’une éventuelle progression des oiseaux, le ministère a dépêché une équipe des services de protection des végétaux pour évaluer la situation. C’est ainsi que le comité a décidé que l’opération de lutte va être renforcée par une forte dotation de filets de capture, mais aussi par un meilleur entretien des diguettes, chenaux et drains, lieux de refuge et de reproduction de ces ravageurs, des prospections vont se poursuivre sur toute la plaine et les zones potentielles de refuge des oiseaux.

Par la suite, les moyens nécessaires seront mobilisés par le Ministère de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, en vue de combattre les oiseaux dans la Boucle du Mouhoun et de maintenir la veille sur toute l’étendue du territoire national. Egalement, les acquisitions dans le cadre du plan de riposte sont en cours d’assurer une surveillance des oiseaux granivores dans les régions d’invasion, au cours de cette saison sèche et la campagne pluvieuse 2015-2016.

Succès de la méthode chimique au Soum

Dans la province du Soum, les oiseaux de l’espèce Quélia Quélia ont fait leur apparition, courant septembre 2014. Les attaques de ces ravageurs dans la province du Soum ont concerné toutes les communes rurales de ladite province avec des pertes de rendement de 80 à 100% sur près de 20 000 hectares à la date du 24 octobre 2014, selon le comité de surveillance et de la lutte anti-aviaire. En réaction à cette invasion aviaire, le Ministère en charge de l’agriculture a élaboré un plan de riposte. Dans le cadre de ce plan, des actions d’information et de lutte mécanique ont été menées. Malgré ces efforts déployés, le nombre des espèces était resté toujours impressionnant. L’utilisation des produits chimiques a donc été jugée appropriée. C’est ainsi que le ministère a acquis 1770 litres de Fenthion et procéder à des traitements. Les traitements ont permis une réduction très significative de ces espèces dans les principaux dortoirs de Nassoumbou, Djibo, Tongomayel et Koutougou. Sur le terrain, le constat semble clair : il n’y a plus de Quélia Quélia en nombre impressionnant dans le Soum. Pour Yaya Tiengrébéogo, directeur provincial de l’agriculture et de la sécurité alimentaire du Soum, l’objectif n’est pas d’anéantir définitivement ces espèce, mais de les réduire considérablement pour qu’elles ne représentent pas un danger pour les récoltes.

Même si le traitement a respecté les normes environnementales, populations et autorités restent vigilantes. Pour le maire de Nassoumbou, Amadou Dicko, la manipulation et la consommation des oiseaux sont à éviter. C’est pourquoi, il invite les populations à continuer à ramasser les espèces tuées et à les enterrer. Du reste, la lutte contre les oiseaux au niveau du Sahel (province du Soum) par le traitement chimique a été un succès, grâce à la détermination de tous les acteurs et la motivation du personnel mobilisé, malgré les conditions difficiles, selon les acteurs en charge de la lutte anti-aviaire au Ministère de l’agriculture et de la sécurité alimentaire (MASA).

DCPM/MASA

www.sidwaya.bf



Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.