Musée national : Poubelle des riverains !

vendredi 3 octobre 2014
par  Sémablegné

Le site du Musée national, aménagé en 1994 dans l’arrondissement n°5 de Ouagadougou, et situé à un jet de pierre de l’hôpital pédiatrique Charles- De-Gaulle, est en passe de devenir une poubelle publique. Constat !

Des sachets plastiques de toute couleur à la pelle, du papier usé, de vieux morceaux de tissus, des feuilles et plante morte, des plumes et restes de poulets,… constituent le monticule qui se dresse contre le mur Nord à l’intérieur du Musée national. En effet, depuis quelque temps, ce côté du service chargé de la conservation du patrimoine culturel sert de dépotoir pour des déchets de tous ordres.

Devant une telle situation, les responsables de l’institution pointent du doigt les riverains. Il s’agit, selon eux, de ceux qui exercent à proximité du musée, occupant l’espace qui longe la voie allant du Centre hospitalier universitaire pédiatrique Charles de Gaulle à l’échangeur de l’Est. « Il s’agit des vendeurs de plantes, de fruits et de poulets et autres commerçants qui y officient mais il y a aussi les voisins qui y jettent les ordures », affirme l’intérimaire de la directrice générale du Musée national et gestionnaire du patrimoine culturel, Alassane Waongo.

A Z est l’un des vendeurs de poulets rôtis incriminés. Il reconnaît les faits à eux reprochés mais s’en défend. « Il n’y a pas un lieu ici pour y jeter les ordures, comment voulez-vous qu’on fasse ? », nous dit-il. Toute chose que Alassane Waongo confirme. « Il n’y a pas de décharges publiques. Comme la cour du Musée est grande (29 hectares), ils s’en servent comme dépotoir », concède-t-il. Et de lier pour sa part cet état de fait au manque d’aménagement et l’absence de structure spécifique chargée de l’assainissement et de l’hygiène au sein du Musée.

Ce qui favorise ce type de comportement. Pour lui, « le Musée est en chantier et tant que les infrastructures ne seront pas achevées, il sera difficile d’entretenir les lieux », explique le gestionnaire du patrimoine culturel. Une situation qui amène le veilleur de nuit à porter souvent la casquette du chargé de propreté des lieux.

A entendre celui-ci, c’est nuitamment que les commerçants jettent les ordures par le mur, dans la cour du Musée. Idem pour les vendeurs de poulets rôtis et les occupants des habitats voisins. Pis, d’autres font de cet espace un W.C à ciel ouvert.

Le personnel dit avoir alerté les autorités municipales et coutumières à plusieurs reprises. « La mairie a été interpellée. L’année dernière, elle a même organisé une activité de plantation d’arbres au sein du Musée et nous avons profité de l’occasion pour évoquer le sujet. Les conseillers avaient pris l’engagement, avec les chefs coutumiers de sensibiliser la population. Nous les interpelons régulièrement, mais le problème persiste », déplore Alassane Waongo.

« La mairie n’a pas pour mission d’assainir les établissements publics »

Contactées, les autorités municipales de Ouagadougou ont décliné une quelconque responsabilité dans ce qui se passe en ce lieu. Pour elles, la mairie n’a pas pour mission d’assainir les établissements publics. C’est aux responsables du Musée national de prendre attache avec les structures privées habilitées à cela.

« La mairie, à travers la brigade verte, nettoie les domaines publics. Ce qui est différent des établissements publics », précise le Directeur du développement durable de la commune, Aboudramane Cissé. Il explique : « Il y a de cela trois ans qu’ils (ndlr, les commerçants) ont même organisé une Journée de salubrité à l’intérieur du Musée. Ils disaient vouloir ainsi contribuer à l’hygiène de la cour, mais hélas !"

Ne sachant pas à quel saint se vouer, les responsables du Musée ont le regard tourné vers les autorités municipales pour trouver une solution à la situation. « On se disait qu’avec les reprises des travaux de la Circulaire, la mairie allait déguerpir les commerçants. Ce qui favoriserait la propreté des lieux », souhaite Alassane Waongo.

En attentant une intervention quelconque, le sanctuaire du patrimoine culturel burkinabé est en passe de devenir un conservatoire d’ordures à ciel ouvert.

Source : www.sidwaya.bf

Djakaridia SIRIBIE


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.