Burkina Faso : La récurrence des conflits entre éleveurs et agriculteurs

samedi 16 août 2014
par  Sémablegné

C’est un secret de polichinelle d’affirmer que le Burkina est confronté, voilà bien longtemps maintenant, à des conflits entre éleveurs et agriculteurs. Chaque saison d’hivernage est une traite à ces conflits et ces dernières années, le problème est plus récurrent avec des affrontements fréquents avec son lot de dégâts humain, moral et matériel. Malgré les initiatives publiques et privées, le problème persiste. Pourtant, il faut, coûte que coûte, mettre un terme à cette situation déplorable qui met à mal la vie de milliers de Burkinabè. Où pourrait alors se situer le problème et que faire pour mettre fin à cette situation qui porte atteinte à la cohésion sociale ? Il y a une volonté réelle qui doit s’afficher. D’abord, le problème n’est pas résolu parce que ça fait l’affaire des politiciens. Ils passent par ces deux catégories d’activités pour toujours atteindre leur fin. Lorsqu’éclate un conflit, ce sont les personnes politiques qui partent tenter de proposer des solutions. Mais des solutions que, eux-mêmes, savent éphémères. C’est donc un canal par lequel ils passent pour s’afficher régulièrement. Sinon, ce problème peut être résolu par étapes. D’abord, il faut commencer par résoudre le problème foncier, c’est-à-dire la délimitation mécanique de l’espace utilisable, aussi bien pour les agriculteurs que pour les éleveurs. En claire, il faut une définition correcte des zones ; de la même façon qu’on définit les réserves. C’est de cette même façon qu’on doit procéder ici. Ensuite, il faut déterminer la loi sur le foncier en impliquant réellement ces acteurs à la base, c’est-à-dire les écouter et leur indiquer leurs droits mais également leurs devoirs. La loi doit faire l’objet d’un consensus et à partir de ce moment, nul n’est au-dessus de la loi et elle doit être appliquée dans toute sa rigueur. Mais si jusque-là c’est la résolution des conflits à l’amiable, c’est parce que la loi n’est pas adaptée et qu’on ne peut, par conséquence, l’appliquer. La loi ne doit pas être définie sans ces acteurs principaux. Mais ça, ça n’arrange pas les politiciens parce que, eux, ils pêchent en eaux troubles et il faut qu’ils profitent de ce genre de situations pour se faire une côte politique et engranger des retombées politiques.

Rodolphe Somé

Source : http://www.lefaso.net


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.