ABV : Adapter la gestion de l’eau au changement climatique

vendredi 20 juin 2014
par  Jean Kafando, Rosine

Dans l’optique d’exploiter ces deux rapports de manière efficace pour l’exécution de ses futures activités, l’Autorité du bassin de la Volta (ABV) a initié conjointement avec le Partenariat régional de l’eau de l’Afrique de l’Ouest (GWP/AO), un atelier de validation sous le thème « Eau, climat et développement ». Les deux études portent sur deux aspects à savoir, « Evaluation de l’état actuel de la gestion de l’eau et des changements climatiques dans le bassin de la Volta » et « Appui à l’élaboration du plan directeur de l’ABV pour un développement durable, une gestion des ressources en eau et la résilience du climat ». Elles s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la composante 1 du Programme Eau, climat et développement (WACDEP). Ainsi, ce sont environ 25 participants composés pour la plupart d’experts qui ont, les 3 et 4 juin 2014, examiné les projets de rapport, formulé des recommandations d’amélioration et les ont validés pour en faire un document de référence non seulement pour ses auteurs (ABV), mais aussi pour le Partenariat mondial de l’eau (GWP) et d’autres partenaires. Dans son mot de bienvenue, le directeur exécutif de l’ABV, le docteur Charles Biney, a relevé l’importance des travaux en ce qu’ils ont abouti à des stratégies palliatives en termes de changement climatique, de sécurité alimentaire, de ressources énergétiques et de promotion de l’économie agro-pastorale. Le Programme Eau, climat et développement couvre 8 pays et 4 bassins fluviaux transfrontaliers, selon le président du GWP/AO, le professeur Abel Afouda. Pour la région Afrique de l’Ouest, M. Afouda a ajouté que pour le bassin de la Volta, le Ghana et le Burkina Faso ont été retenus. « Ce programme vise à intégrer la sécurité en eau et la résilience climatique dans le processus de planification du développement de sorte à renforcer la résilience climatique », a-t-il indiqué. A l’entendre, les deux pays se sont engagés dans la lutte contre les effets du changement climatique en 2013. Ce, en partenariat avec l’ABV et le CCRE-CEDEAO. « Il y a plus de 1700 barrages au niveau des deux pays qui occupent près de 85% du bassin de la Volta. Si nous ne faisons pas une clarification rigoureuse, nous risquons de mal gérer les ressources en eau ; ce qui va contribuer à accentuer les problèmes que nous pose le climat », a déclaré le président du GWP/AO. Le ministre de l’Eau, des Aménagements hydrauliques et de l’Assainissement, Mamounata Belem/Ouédraogo a souligné que le bassin transfrontalier du fleuve Volta est la principale source d’approvisionnement en eau d’environ 24 millions de personnes vivant en Afrique de l’Ouest. Aussi a-t-elle fait savoir que les autorités burkinabè ont engagé des actions afin d’anticiper les effets néfastes des changements climatiques. Mme Belem a évoqué notamment la mise en œuvre du Programme d’action national d’adaptation (PANA) à la variabilité et aux changements climatiques dont le renforcement des capacités des populations vulnérables constitue une composante essentielle. L’ABV a été mise en place en 2007. Elle est mandatée pour promouvoir la concertation permanente et le développement des ressources en eau du bassin en vue de répartir de façon équitable les bénéfices attendus.

Patricia KABRE

(Stagiaire



Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.