Vallée du Sourou : D’énormes potentialités sous la menace de problématiques multiformes

lundi 19 mai 2014
par  Jean Kafando, Rosine

Vallée du Sourou : D’énormes potentialités sous la menace de problématiques multiformes

Des journalistes d’une presse plurielle ont effectué, à l’initiative de l’ONG Naturama en collaboration avec l’association Média’Vert, une visite de terrain dans la vallée du Sourou. A l’occasion, de contrastes constats tenant aux potentialités et aux problématiques, ont été faits. C’était le 8 mai 2014.

Vallée du Sourou : D’énormes potentialités sous la menace de problématiques multiformes

Cette visite est intervenue dans le cadre d’un projet intitulé « Amélioration des habitats des oiseaux migrateurs et des moyens de subsistance au Sahel ». Un projet qui a démarré en novembre 2011 avec comme axes majeurs d’intervention, la protection des habitats d’oiseaux et l’amélioration des moyens d’existence des populations de ses zones d’intervention que sont le lac Higa, la mare d’Oursi et la vallée du Sourou. Au niveau de ce dernier site, les acquis dudit projet à un an de sa fin, se rapportent entre autres à la mise en place effective d’un groupe opérationnel (formé et équipé) de soutien à même de prendre conséquemment la relève de Naturama, à la formation et équipement de paysans en techniques de régénération naturelle assistée (RNA) et en matière de fosse fumière, à la création d’un bosquet démonstratif de reforestation. Avec la RNA et la gestion de fosses fumières, les paysans sont amenés à quitter les berges du Sourou et du Mouhoun pour exploiter des champs tout aussi fertiles. En effet, 60 producteurs bénéficient de l’accompagnement de Naturama en matière de RNA, et 50 autres en matière de production fumière. Toutes choses qui, non seulement participent de la protection des berges contre notamment l’ensablement, contre les produits chimiques nocifs, et subséquemment favorisent la restauration des écosystèmes aquatiques, mais aussi créent les conditions favorables à la satisfaction des besoins socio-économiques des populations riveraines.

Conflit hippopotames-agriculteurs

Mais l’autre constat sur le terrain est encore des plus inquiétants quant à l’avenir de la vallée : la dégradation flagrante et multiforme engendrée par la forte pression démographique surtout. En effet, au niveau par exemple du pont de Lery (point de croisement du fleuve Mouhoun avec son affluent le Sourou dont la partie burkinabè est de 60 km sur ses 150 km), des champs s’étendent jusque dans le lit du fleuve. Ce qui engendre de multiples désagréments de part et d’autre. Il en est ainsi souvent avec l’irruption d’hippopotames – qui sont des herbivores - dans les champs, dévastant à tout le moins, les cultures. Et la réplique est généralement mortelle pour ces animaux aquatiques vraiment admirables, malheureusement de plus en plus rares, sinon rarissimes dans notre pays. ‘’Conflit entre hippopotames et agriculteurs’’, est-on tenté de dire. A en croire Mamadou Traoré, responsable de Naturama sur le site de la vallée du Sourou, le dernier inventaire effectué en 2012, fait état de 300 hippopotames dans la vallée.

JPEG - 40.7 ko

Un assèchement aux multiples conséquences

Au niveau de la zone aménagée dans la commune de Lanfièra, la capacité de stockage des eaux est de 660 000 000 m3/an. Mais la réalité en ce mois de mai, c’est l’assèchement presqu’intégral ; alors que la superficie aménagée donc arrosée n’est que de 4 000 ha sur un potentiel agricole de 30 000 ha qu’abrite la vallée du Sourou. En plus des cultures, ce sont de toute évidence, les animaux, particulièrement les oiseaux d’eau dont la protection se trouve être au centre des interventions de Naturama, qui en pâtissent. C’est aussi l’activité piscicole – dont l’exercice est également suivi de près avec l’appui de Naturama - qui en prend un coup, et non des moins des durs. En tout cas, l’on note que la production aquacole a baissé de 900 tonnes en 2009 à 600 tonnes en 2012, tandis que le nombre de pêcheurs dont certains viennent du Mali, ne cesse d’augmenter. Une forte population d’oiseaux

Il se trouve aussi que, du moins selon Prudence Tankoano, le chargé du suivi-écologique au sein de Naturama, le nombre d’oiseaux est actuellement en augmentation ; ce qui engendre davantage la précarité en termes surtout d’habitats et de nourriture pour la faune. Ces oiseaux sont savanicoles, vivant donc dans la flore et dont le recensement se fait chaque année en mars et en novembre. La vallée, c’est aussi et surtout le biotope privilégié des oiseaux d’eau qui font l’objet de recensement une seule fois dans l’année, au mois de janvier. Mais l’augmentation annoncée est à prendre avec des pincettes ; le suivi écologique devant s’appuyer sur des constances durant au moins cinq ans, afin d’établir des tendances objectives. C’est en tout cas, ce qu’a laissé entendre M. Tankoano qui a, en sus, indiqué que le nombre d’espèces d’oiseaux au niveau de la vallée du Sourou est élevé par rapport à celui de la mare d’Oursi dans le Sahel. On y dénombre en effet, selon un décompte effectué entre mars 2012 et mars 2014, 118 espèces d’oiseaux terrestres dont 98 espèces africaines et 20 espèces migratrices d’origine européenne, contre 74 espèces sur la même période au niveau de la mare d’Oursi.

Une importante richesse florale

Le moins que le commun des mortels puisse dire, c’est que la flore au niveau de la vallée du Sourou est d’une diversité fort appréciable. Une véritable richesse faunique – forestière - dans les environs du pont de Lery. Malheureusement, elle est sous la menace quasi-quotidienne de coupe pour servir de bois de chauffe. L’on peut quand même se réjouir de la collaboration pacifiste entre éleveurs et agriculteurs au sein de la zone aménagée. Des pistes à bétail y existent et sont scrupuleusement suivis par les animaux. Ce climat de cohabitation paisible est, peut-on dire, favorable à la mobilisation des populations riveraines – qui apparemment, manquent jusque-là d’initiatives proactives – pour la protection d’origine endogène de la vallée.

Une visite à la satisfaction de toutes les parties prenantes

Dans ce sens, Naturama entend s’investir autant que possible, à travers des actions de sensibilisation, de plaidoyer, d’éducation environnementale dans les écoles, « de renforcement des capacités des populations pour qu’elles puissent s’investir elles aussi dans la protection et la restauration de l’environnement ». Telle est la promesse faite par le Directeur exécutif de Naturama, Idrissa Zeba qui a aussi rappelé que les interventions – en cours depuis 2007 - de sa structure prennent en compte la collaboration avec les services déconcentrés de l’Etat, des services directement ou indirectement concernés par la mise en œuvre du projet en cours. En tout cas, la visite de presse a connu la présence d’agents forestiers, d’agents d’agriculture, ainsi que d’autorités locales. Une visite sur les trois sites (Higa, Oursi et Sourou) qui aura pris fin à la satisfaction de toutes les parties prenantes.

Au sein de l’association Média’Vert, partenaire de Naturama dans le cadre de cette visite de presse, l’on s’estime « heureux que des journalistes soient partis sur le terrain, aient vu des réalisations, aient découvert certains aspects de la conservation, de la préservation de la ressource naturelle ». C’est du moins, ce qu’a confié Aimée Nabaloum, le représentant attitré de Média’Vert. Du côté de Naturama et des populations concernées de plus près, l’on se réjouit que ses problèmes environnementaux soient désormais connus de tous ; avec l’espoir bien nourri que la mobilisation multiforme pour contrer ces problèmes ne tardera plus à s’instaurer.

Un nouveau projet en préparation

En attendant, au niveau de Naturama, le cap est maintenu pour la cause de l’environnement, particulièrement pour ce qui est des trois sites visités par la presse. Point d’inaction, même pas de ralentissement - est-on tenté de deviner – du côté de M. Zeba et son équipe à la fin annoncée pour 2015, du projet « Amélioration des habitats des oiseaux migrateurs et des moyens de subsistance au Sahel ». En effet, confie le Directeur exécutif de Naturama, « Nous sommes déjà engagés dans les préparatifs d’un autre projet qui pourrait intervenir après juin 2015. Nous ne savons pas encore de manière précise quels seront les principaux axes de ce futur projet. Mais ce qui est certain, c’est que les axes que nous avons dans le présent projet vont être reconduits, améliorés, et renforcés avec de nouveaux axes pour prendre en compte les progrès qui ont été réalisés ». Et d’ajouter, « Nous sommes aussi dans la réflexion pour toute opportunité que l’on pourrait saisir ». Dans cette dynamique, Naturama espère pouvoir établir un protocole de collaboration avec les communes et régions qui sont concernées par ces trois sites. Déjà, l’association Média’Vert dit l’assurer de sa franche collaboration – en termes surtout de mobilisation de journalistes - pour la cause de l’environnement.

Fulbert Paré

Source : www.Lefaso.net



Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.