Note d’information sur comment se protéger des nuisibles.

vendredi 7 mars 2014
par  Rosine, Sémablegné

Se débarrasser des nuisibles sans polluer

Souris, mouches ou cafards ont lancé un plan d’invasion contre votre habitation ? Des mites prennent votre penderie d’assaut ? Inutile de céder au tout chimique : il existe des solutions pour vous débarrasser des nuisibles sans polluer. Soit en vous procurant les nombreux produits qui se développent dans ce domaine, soit grâce à quelques astuces « maison »…

Au rayon des locataires indésirables, les cafards occupent sans conteste une place de choix. Déclenchant une répulsion irrationnelle, ils sont fréquemment associés à la saleté et une fois qu’ils sont installés, prolifèrent à une vitesse impressionnante. Pour leur défense, précisons qu’ils ne sont pas vecteurs de maladie, et que ce n’est pas tant la saleté qui les attire, que les aliments faciles d’accès. La première mesure à prendre consiste donc à leur couper les vivres : emballages hermétiques pour les aliments, balayage régulier... Il ne doit plus rester une miette !

Autre solution naturelle pour en venir à bout, les pièges à base de glu ou « sticky box » qui les attireront grâce à un appât alimentaire et ne contiennent aucun produit toxique. A disposer de préférence devant les points d’accès par lesquels ils pénètrent dans votre logement, et que vous aurez pris soin de repérer au préalable.

Ces solutions ne fonctionnent pas, et l’insecte continue de se multiplier ? Il est temps d’employer les grands moyens : la « pâte à ravets », mélange d’acide borique, que l’on peut se procurer en pharmacie, et de lait concentré sucré. Déposez-en quelques pincées dans des bouchons de bouteille aux points stratégiques (cuisine, entrée des conduits...). Attention toutefois, ce produit est toxique et ne doit pas être laissé à la portée des enfants. Et je remets le son...

Parfois, malheureusement, on a beau faire, les indésirables reviennent inlassablement à la charge. Il existe pourtant un moyen pour venir à bout (en théorie) d’une bonne part d’entre eux : les appareils à ultrasons, qui les repoussent mais ne les éliminent pas. Rats, souris, mais aussi cafards, moustiques et mouches sont censés fuir devant ces émetteurs à haute fréquence (30 à 65 Hz) inaudibles pour les êtres humains et leurs compagnons domestiques.

Idéal à priori, mais les témoignages d’utilisateurs laissent entrevoir une efficacité variable, quoique avérée dans certains cas (moustiques notamment). Contre ces derniers, on peut d’ailleurs se procurer des modèles alimentés à l’énergie solaire, bien adaptés notamment lorsqu’on part en randonnée.

Contre les rongeurs, on peut aussi utiliser les pièges classiques (tapettes ou nasses) dont l’efficacité n’est plus à démontrer. Ou faire l’acquisition d’un chat, qui les incitera à se tenir prudemment à l’écart... dans la plupart des cas. Certains propriétaires de matous déplorent malgré tout une inactivité forcenée de leur félin préféré dans ce domaine.

Choisir le « fait maison » ?

L’écologie ne serait pas ce qu’elle est si ses thuriféraires n’avaient pas tous leurs « solutions maison » à vous proposer pour chaque aspect de la vie quotidienne. Cela vaut bien sûr aussi pour les nuisibles. En commençant par un éloge de l’araignée, qui n’a pas son pareil pour vous débarrasser des mouches, moustiques et autres insectes volants. A méditer la prochaine fois qu’il vous viendra à l’idée d’écraser l’un de ces arachnides...

Contre les fourmis, les astuces fusent : infusion de feuilles de noyer ou de laurier, marc de café, vinaigre blanc à passer sur leur parcours pour effacer les phéromones qui leur servent de repère... Le basilic serait aussi très efficace, à condition d’en apprécier l’odeur. Quant aux mites, une orange piquée de clous de girofle devrait éviter qu’elles ne viennent se régaler de vos lainages.

Dernière précision : il n’existe pas de « remède miracle » contre les indésirable, notamment parce que ceux-ci, selon les espèces, ont pu développer des résistances plus ou moins fortes aux différents antidotes. Dans certains cas, les solutions proposées fonctionneront, dans d’autres il faudra se replier sur une alternative, ou la combinaison de plusieurs d’entre elles.

En gardant à l’esprit que tous ces « nuisibles » sont des êtres vivants, et que bien souvent, on peut seulement les repousser dans les limites du raisonnable... à moins de choisir de s’installer dans un milieu abiotique, c’est-à-dire interdisant à la vie de prospérer.

Bernard Rastoin

Source : www.doctissimoenvironnement


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.