DÉVELOPPEMENT DURABLE AU BURKINA FASO

mercredi 26 février 2014
par  Olivier Kima

Le Burkina Faso a adopté en octobre 2013 une Politique nationale de développement durable. Cette politique est l’aboutissement des engagements pris par l’Etat et ses partenaires lors des Etats généraux de l’environnement et du développement durable en octobre 2011. Par ailleurs, au cours du Sommet de Rio + 20 à Rio de Janeiro, notre pays a présenté en juin 2012 un rapport de 20 ans de mise en œuvre du développement durable (1992- 2012).

Dans le document de politique adoptée par le gouvernement, il ressort que le bilan réalisé par les acteurs du développement de notre pays enregistre des avancées significatives en matière de formulation de politiques sectorielles, de définition de cadre de développement économique et social, de stratégies sectorielles, de réformes institutionnelles et réglementaires. Le développement durable du Burkina Faso a enregistré des résultats remarquables aux plans environnemental, socio-économique et culturel. Au plan environnemental, on note les nombreux acquis de la recherche dans le domaine de la conservation des eaux et du sol (irrigation goutte à goutte, impluvium, etc.) ; les techniques de greffage de plusieurs arbres fruitiers sauvages (karité, néré, jujubier, etc.) ; l’introduction d’espèces ou de variétés d’espèces forestières et agricoles à grande valeur économique et à forte productivité ; la mise au point de technologies d’économie d’énergie (foyers améliorés ; autocuiseurs communément appelés "bitatorés"). A cela s’ajoutent la mise au point de technologies valorisant les énergies nouvelles et renouvelables (séchoirs solaires de types individuels ou collectifs indirects ou directs, chauffe-eau solaires, installations biogaz pour la production de gaz méthane, bio digesteurs) ; la gestion durable des ressources naturelles (délimitation et sécurisation des périmètres aménagés, mise en œuvre des plan de gestion durable des forêts naturelles, des zones pastorales ou sylvo-pastorales) ; la promotion de l’écocitoyenneté. Malgré les progrès enregistrés, d’importantes contraintes demeurent parmi lesquelles, on peut citer : la persistance de la pauvreté et de la dégradation de l’environnement et des ressources naturelles. Ces contraintes persistent en raison de nombreux facteurs encore peu ou mal maîtrisés dont les plus importants sont :

• la non-maîtrise de la démographie qui apparaît comme l’une des contraintes majeures dans le contrôle des pressions sur les ressources environnementales que sont l’eau, les sols, la forêt et la diversité biologique ;

• les modes d’exploitation agropastorale qui sont restés globalement traditionnels et sources de déperdition des ressources naturelles ;

• la pauvreté persistante accroît dans le même temps la vulnérabilité des populations à 80% rurales, et réduit leurs capacités à faire face aux besoins d’investissements dans une gestion durable des ressources naturelles ;

• l’insuffisance de campagne d’information, d’éducation et de communication du public avec comme objectifs un changement des mentalités et de prise de conscience en direction des populations et des principaux acteurs du développement pour une promotion de l’écocitoyenneté et du civisme au Burkina Faso ;

• la non-maîtrise de l’urbanisation qui accroît les risques pour la santé des populations et fait des villes burkinabé des zones à risque en matière de sécurité ; (…)

Par : Ministère de l’Environnement et du développement durable

Publication initiale le 11 février 2014



Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.