Prise en charge des enfants caractériels : une lutte acharnée pour sauver des "cas"

vendredi 6 septembre 2013
par  Sémablegné

Prise en charge des enfants caractériels : une lutte acharnée pour sauver des "cas"

Désignés par les vocables : « enfants caractériels », « enfants déviants », « enfants difficiles » ou « enfants de la rue » …, ils sont nombreux ces enfants et adolescents qui, en plus de donner des soucis à leurs proches, iront bientôt accroître le nombre des hors la loi, si rien n’est fait. Fort heureusement, des institutions spécialisées de l’Action sociale telles que la Maison de l’enfance André Dupont de Orodara, le Centre d’éducation spécialisée et de formation de Gampèla et l’Action éducative en milieu ouvert, ont fait de la réinsertion socioprofessionnelle de ces cas sociaux leur cheval de bataille. Zoom sur un travail titanesque, le plus souvent abattu dans l’ombre, avec des moyens relativement limités, mais dont chacune des réussites épargne sûrement, au Burkina Faso, un potentiel "danger pulic".

L’éducation spécialisée : un sacerdoce au quotidien

Alors que le nombre de pensionnaires tend vers la hausse, les ressources accordées à la MEADO, au CESF-G et à l’AEMO par l’Etat et par des partenaires s’amenuisent. Le ratio qui devrait être de cinq à six enfants par éducateur référent, est aujourd’hui de six à treize. Tout cela ne permet pas une prise en charge adéquate des enfants. Pour Valentin Sankara, il faut une « véritable politique de l’éducation spécialisée au Burkina Faso », au risque d’assister à l’émergence de « potentiels terroristes nationaux ».

Par ailleurs, l’écoulement des œuvres réalisées par les pensionnaires constitue l’une des difficultés majeures que vivent particulièrement la MEADO et le CESF-G. La plupart des artisans de la ville de Orodara étant passés par la MEADO, Yacouba Yago pense qu’il est « contreproductif » de concurrencer ceux-là même qu’ils ont installés, il y a quelques années. La réflexion est engagée, afin de trouver d’autres sources d’écoulement, a-t-il poursuivi. Aussi, à en croire les principaux intervenants, les pensionnaires sont stigmatisés, aussi bien par leurs proches que par leur entourage. « Les gens se focalisent sur les mauvais comportements des enfants qui, pourtant la plupart du temps, sont des réponses à des situations d’injustices ou à un mal-être profond », analyse Yves Zoubila Kaboré. Une fois les enfants internés, les éducateurs sociaux sont les premières victimes de leurs égarements. « Les violences morales et psychologiques font mal, dans la mesure où vous décidez d’aider l’autre et en retour, vous recevez des injures  », affirme-t-il. Selon M. Kaboré, « il y a très peu d’agents qui acceptent venir volontiers au CESF-G, car ils travaillent plus et gagnent moins ». En plus d’être confrontés aux difficultés ci-dessus mentionnées, les agents de l’AEMO rencontrent des problèmes liés à l’identification des enfants en situation de rue et aux déplacements nocturnes avec tous les dangers que cela comporte. « Souvent, les enfants nous appellent tard dans la nuit, parce qu’ils ont des ennuis. Si vous n’obtempérez pas, vous risquez de briser la relation éducative », explique Marcel Kaboré.

Les éducateurs sociaux ont tous exprimé le besoin d’être formés aux nouvelles problématiques de la prise en charge des enfants qui, selon eux, sont « de plus en plus difficiles ». Ils ont également dénoncé le manque de suivi des enfants, une fois de retour en famille. Cette tâche incombe aux familles et aux structures déconcentrées de l’Action sociale. Malheureusement, en raison de l’insuffisance des ressources, ces dernières n’arrivent pas à toujours effectuer leur travail, tel que recommandé. Ce manque ou insuffisance de suivi compromet dangereusement les acquis engrangés, au fil des ans dans les Centres spécialisés.

Tilado Appolinaire KABORE

Source : www.sidawaya.bf


Documents joints

Enfants caractériels
Enfants caractériels

Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.