Centre d’initiatives pour le développement durable : les questions environnementales posées à Ouahigouya

mardi 11 juin 2013
par  Rosine

Le Centre d’initiatives pour le développement durable (CIDD) a organisé, le samedi 8 juin 2013 à Ouahigouya, une conférence publique, sur le thème : « Environnement et développement durable au Burkina Faso : contribution de la société civile par l’action citoyenne au niveau local ».

La problématique de l’environnement constitue l’une des préoccupations majeures du Centre d’initiatives pour le développement durable (CIDD). C’est pourquoi il l’a inscrite au centre des débats qui ont été menés, le 8 juin 2013, dans la cité de Naaba Kango, à l’occasion de sa conférence publique initiée à l’intention de la société civile. Ainsi, après Banfora, l’honneur est revenu à Ouahigouya d’accueillir cet événement d’importance capitale pour le Centre.

Le parrain, Yacouba Barry, a affirmé que l’initiative du CIDD est à saluer et doit être encouragée. Car, à l’entendre, l’objectif de la conférence est d’informer et de sensibiliser les forces vives de la région du Nord aux problématiques fortes, en relation avec le développement de la région. Se prononçant sur le thème de la rencontre, le parrain a relevé qu’il est en phase avec les préoccupations majeures qui mobilisent aujourd’hui, les décideurs du monde entier. Et d’ajouter : « le thème est pertinent pour notre pays dont l’actualité est marquée par une crise de l’action citoyenne.

Il s’agit d’interpeller chacun de nous sur son devoir citoyen pour la sauvegarde de l’environnement ». Au regard de la raréfaction des ressources, Yacouba Barry a invité les Burkinabè à un changement de comportement vis-à-vis de l’environnement et à l’adoption de nouveaux modes de vie intégrant des économies d’énergie.

Il a évoqué l’utilisation d’énergies solaire et éolienne, de l’hydroélectricité, de la biomasse, du biocarburant, etc. comme alternative. Tout en réitérant ses encouragements, ainsi que ceux de son coparrain, représenté par la députée Zalissa Koumaré, au secrétaire exécutif national du CIDD, Alain Edouard Traoré, M. Barry a souligné que le développement durable n’est pas qu’un concept mais bien une réalité dont la construction commande un investissement citoyen de tous. Dans le même ordre d’idée, le président du comité d’organisation, Sidi Gako, a exhorté les participants à saisir toutes les opportunités qu’offre la conférence. Pour lui, elle donne l’occasion de partager avec la société civile, des idées et des expériences, en vue de faire évoluer positivement les pratiques environnementales et sociales des jeunes par l’adoption de comportements écocitoyens. Elle permet également au CIDD, de se faire connaître et de prendre contact avec les couches sociales de la région, a-t-il ajouté.

Le développement durable, un concept d’actualité

Trois communications ont ponctué la conférence. Le premier intervenant, le secrétaire exécutif national du CIDD, Alain Edouard Traoré, a fait une présentation de sa structure, ainsi que des notions et concepts de développement durable. D’emblée, il a dit que c’est la réponse à la question fondamentale : « qu’est-ce que nous pouvons faire de plus pour le Burkina Faso ? », qui a conduit à la création du CIDD depuis 2010. Il a , entre autres objectifs, a-t-il rappelé, d’éduquer et de mobiliser la jeunesse à prendre ses responsabilités dans le développement du Burkina, à contribuer à l’émergence de cadres et d’intellectuels capables d’analyses critiques et de discernement dans la réflexion et dans l’action, à mener des études et des réflexions sur le développement durable en Afrique,etc. « Le CIDD veut rassembler toutes les bonnes volontés pour que quotidiennement, nous puissions prendre conscience de notre responsabilité dans le développent de notre pays », a résumé Alain Edouard Traoré.

Le président du conseil scientifique du CIDD, Issa Martin Bikienga, lui, a donné la définition officielle du concept de développent durable dans le deuxième exposé qui a porté sur « les relations structurelles entre l’éducation relative à l’environnement, l’écocitoyenneté et le développement durable ». Le communicateur a présenté le concept comme étant un type de développement qui permet de satisfaire les besoins du présent, sans compromettre la possibilité des générations futures, de satisfaire les leurs. A ce qu’il dit, cette définition comporte trois dimensions que sont la durée du développement, l’équité sociale entre les générations présentes et futures et le respect de l’environnement. « Le développement durable est un concept qui est en vogue », a précisé M. Bikienga.

Il a, en outre, défini l’écocitoyenneté qui, selon lui, est la manière de penser, de se comporter et d’agir en faveur de la préservation de l’environnement. Quant au troisième conférencier, Seydou Mohamed Ouédraogo, par ailleurs directeur régional de la santé du Nord, il s’est focalisé sur le thème : « Assainissement et santé dans la commune de Ouahigouya : état des lieux et proposition de solutions ». Avec des photos à l’appui qui illustrent le degré d’insalubrité de la ville, celui-ci a souligné toute l’importance de la santé dans le développement durable. « Si on doit construire le développement durable comme un bâtiment, la santé va constituer la fondation », a-t-il soutenu. A l’issue des exposés, les participants ne se sont pas fait prier pour poser des questions que les conférenciers, aidés des autorités régionales et communales, ont su répondre. Et le président du comité régional du CIDD du Nord, Evariste Guibré, de se réjouir de la tenue de la rencontre qui, pour lui, a permis de partager des expériences.

A l’en croire, d’autres initiatives du genre sont en vue, car le CIDD reste toujours attaché à son credo : « fédérer les énergies pour un développement durable ».

www.sidwaya.bf


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.