30 millions de dollars pour mieux gérer les forêts au Burkina Faso.

jeudi 4 avril 2013
par  Olivier Kima

Après l’adoption définitive du plan d’investissement du Programme d’investissement forestier (PIF) du Burkina le 6 novembre 2012 à Istanbul (Turquie), la cinquième mission conjointe des partenaires du PIF a séjourné au Burkina, du 7 au 20 janvier 2013. Selon le chef de cabinet du ministre en charge de l’environnement, Lamoussa Constant Ouédraogo, cette adoption est le point d’achèvement d’un processus qui a débuté en mars 2010, période au cours de laquelle, le Burkina a sollicité et obtenu son adhésion au PIF. « Elle permet à notre pays de pouvoir bénéficier de 30 millions de dollars sous forme de don. A cela s’ajoutent 4,5 millions de dollars au titre de l’appui aux ONG et associations de protection de l’environnement et 8 millions d’euros au titre de l’Union européenne », a-t-il indiqué. Il a fait savoir que le plan d’investissement se décline en deux(2) projets. Il s’agit d’un projet de gestion participative des forêts de collectivités d’un montant de 18 millions de dollars exécuté par la Banque mondiale et d’un projet de gestion des forêts domaniales d’un montant de 12 millions de dollars exécuté par la BAD. « "L’élaboration des deux projets est le point de départ d’une nouvelle étape du processus de mise en œuvre du PIF, c’est-à-dire la phase opérationnelle », a affirmé M. Ouédraogo.

Il a fait savoir que la réussite de cet exercice permettra de pouvoir définir sur la base de critères objectifs, les sites d’implantations définitifs des projets. Il a assuré que le processus est certes, lent, mais c’est à ce prix que les préoccupations légitimes des populations seront prises en compte à travers leurs participations aux différentes concertations. Le conseiller technique du Ministère de l’Environnement et du Développement durable (MEDD), Samuel Yéyé, a rappelé que parmi les 8 pays sélectionnés pour bénéficier du PIF, le Burkina est seul pays sahélien. « Je crois que c’est une prouesse pour le Burkina. Il faut reconnaître que cela a été possible grâce à la séquestration du carbone à travers tous ce que nous faisons aujourd’hui comme agroforesterie et tous les bénéfices engrangés ces trente dernières années en termes de reforestation, de plantations », a-t-il déclaré.

Par : Raphaël KAFANDO

Pour en savoir plus : http://www.lefaso.net/spip.php?arti...



Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.