Fiche d’information sur le concept genre.

vendredi 22 juin 2012
par  Jean Kafando, Yendilo fimba

QU’EST CE QUE LE GENRE ?

Le genre est un concept social qui fait référence à l’ensemble des caractéristiques sociales associés aux femmes et aux hommes (filles et garçons) dans une société et dans un contexte historique et culturel donné. Le genre est construit est construit par la socialisation et est différent du sexe biologique. Ainsi on nait de sexe féminin ou féminin ou masculin, et on devient femme ou homme (genre). Le genre se rapporte aux rôles sociaux, aux partage des responsabilités, entre les femmes /filles et les hommes : garçons dans une société ainsi qu’aux valeurs et représentations sociales associées aux hommes et aux femmes (filles et garçons).

Partout dans le monde, on s’est rendu compte que le genre (tel qu’il est construit actuellement) engendre des rapports d’inégalités entre les femmes et les hommes, et restreint les capacités ou les possibilités de l’un ou de l’autre groupe social (généralement le groupe social des femmes) à accéder aux droits humains sociaux, économiques, juridique et à l’épanouissement dans la société. Le travail sur le genre a donc pour souci fondamental de développer de nouvelles visions, pratiques et conceptions qui permet d’établir des rapports hommes/femmes beaucoup plus égalitaire du point de vue des droits.

Lorsqu’on parle de genre, on évoque très souvent les groupes femmes /hommes ou filles /garçons ; ce sont les premiers niveaux de paramètres de l’analyse genre.

L’EGALITE DE GENRE

L’égalité de genre exprime la notion selon laquelle tous les êtres humains (hommes et femmes, filles et garçons) sont libres de développer leur aptitudes et d’opérer des choix personnels et collectifs sans être influencés par les stéréotypes, la division rigide des rôles et les préjugés liés à l’appartenance à l’une ou à l’autre sexe. Là où il y a égalité de genre, les comportements les aspirations et les besoins spécifiques des hommes et des femmes, des filles et des garçons sont pris en compte de manière égale, valorisés et encouragés. L’égalité n’implique pas que les hommes et les femmes deviennent identiques, que leur rôles dans la société soient équitablement reconnus et valorisés et qu’ils jouissent d’une manière égale des mêmes opportunités de développement, y compris pour l’accès à la prise de décisions et des mêmes droit humains.

LES PRINCIPAUX CADRES DE REFERENCE

Les droits à l’éducation des femmes et des filles sont reconnus et garantis par tous les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme en tant que droits humains, inaliénables, interdépendants en invisibles. Il s’agit notamment de la Déclaration universelles des droits de l’homme, des pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques ainsi qu’aux droits économiques, sociaux et culturels, de la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et son protocole facultatif, de la charte africaines des Droits et du bien être de l’Enfant, de la charte africaines des droits de l’homme et des peuples et son protocole sur les droits des femmes de même que tous les autres actes et documents internationaux relatifs aux droits de la femme ; la charte africaine de la démocratie et de la gouvernance.

LES IMPLICATIONS DES CADRES INTERNATIONAUX SUR L’EGALITE DE GENRE ET LE DROIT A L’EDUCATION.

Les dispositions relatives aux droits à l’éducation et la non discrimination entre les sexes énoncées dans les traités internationaux et régionaux des droits de l’homme comme les autres droits sociaux économiques en culturels deviennent obligatoires dans les Etats parties. Ces Etats sont tenus par trois obligations :
-  L’obligation de respect ;
-  La protection des droits ;
-  Promouvoir, faciliter et assurer la concrétisation des droits.

La justice peut jouer un rôle dans le respect des du droit à l’éducation et à l’égalité des genres. C’est ainsi les tribunaux, outre qu’ils peuvent accorder réparation en ordonnant, par exemple une indemnisation pour les préjudices subis du fait de la violation d’un droit économique, social ou culturel, peuvent aussi jouer un rôle de contrôle et de correction. Ils peuvent par exemple rendre un jugement en déclarant que telle politique ou loi est incompatible avec les obligations qui incombent à l’Etat concerné en matière de droit économiques, sociaux et culturels.

DEVOIRS DES ETATS ET DES INSTITUTIONS INTERNATIONALES

Les Etats et les instances internationales signataires ont des obligations de résultats par apport à ces engagements. Ils ont le devoir de :
-  Rendre obligatoire le droit à l’éducation et le faire respecter, pour les deux sexes ;
-  Affecter les ressources humaines et financières pertinentes et suffisantes pour atteindre les objectifs fixés ;
-  Guider et coordonner les efforts des acteurs, à tous les niveaux ;
-  Suivre et rendre compte des changements (positifs et négatifs) aux citoyens(nes).

RÔLE DES PARLEMENTS

S’agissant des parlementaires, ils sont appelés à intégrer les normes internationales relatives aux droits des femmes à l’égalité et à l’éducation dans le droit interne. Il s’agit d’inclure le principe d’égalité entre les femmes et les hommes dans la législation national en matière d’éducation, afin d’assurer l’égalité des droits et des chances pour les filles et les garçons à l’école et de promouvoir une égalité de fait entre les femmes et les hommes dans l’ensemble de la société. Dans certains pays, il serait nécessaire d’adopter des lois qui instaurent un état civil obligatoire d’enregistrer toutes les naissances et autre événement de la vie de l’individu. En effet de nombreuses filles sont privées de l’accès de l’accès à l’école du fait qu’elles n’ont pas d’état civil formel.

DEVOIR DES MEMBRES DU CORPS ENSEIGNANT

Les membres du corps enseignant ont un rôle majeur dans l’éducation. Ils doivent créer et assurer un environnement favorable à l’intégration des filles dans les écoles en éliminant toutes discrimination à l’égard et en les traitant avec respect et dignité. Les enseignants (es) doivent inculquer aux enfants le respect des droit de la personne, des enfants, des filles et des femmes tels que consacrées. Les filles ne doivent pas être objet de stéréotypes en raison du fait qu’elles sont filles, ni subir de violences ou de harcèlement sexuel.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.