Bienvenue JPEG - 7.6 ko

.

.

Avec la contribution de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le comité syndical francophone de l’éducation et de la formation (CSFEF) a travaillé avec la Fondation Monique-Fitz-Back pour l’éducation au développement durable à la création de ce centre virtuel de ressources pédagogiques en éducation au développement durable.

Le site vise à rejoindre prioritairement les pédagogues actifs en EDD ainsi que les organismes agissant en appui au personnel de l’éducation, au premier titre les syndicats, mais aussi les ONG et les Instituts de recherche et de formation.

Il vise de plus à valoriser et à diffuser les réalisations pédagogiques locales ainsi qu’offrir des ressources pédagogiques pertinentes et un cadre d’apprentissage coopératif entre les syndicats, les pédagogues et les organismes.

Il vise aussi à favoriser les liens avec les réalisations des organismes préoccupés d’éducation au développement durable au sein de la Francophonie, y inclus l’OIF, l’IEPF et la CONFÉMEN.


jeudi 10 décembre 2015
par  Rosine

Du soleil pour de l’eau potable

Eau

Du soleil pour de l’eau potable

Appel au Gouvernement Burkinabè pour la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques–COP 21 prévue à Paris du 30 Novembre au 11 Décembre 2015

L’universalisation de l’accès à l’eau potable se fera grâce aux énergies renouvelables ou ne se fera pas. D’abord parce que la période qui s’ouvre programme le déclin des énergies fossiles au profit des énergies vertes. Ensuite, et surtout, parce que disposer d’énergie « gratuite » en fonctionnement est la clé de la gestion équilibrée (viabilité et accessibilité financière) de services d’eau potable universels, durables et équitables.

La fourniture d’eau potable aux 12 millions de Burkinabè qui vivront en milieu semi-urbain d’ici 2030 (soit un Burkinabè sur deux) peut s’effectuer à un tarif inférieur de moitié avec l’énergie solaire par rapport à l’énergie fossile (thermique). Ce tarif serait durable et équitable : les Burkinabès paieraient le même prix qu’en milieu urbain et les opérateurs de service dégageraient un bénéfice justifié par les risques d’exploitation (taux de marge ou bénéfice/chiffre d’affaires de 15%). Avec l’énergie thermique, fixer des tarifs équitables impliquerait des pertes pour les opérateurs supérieures à 100 milliards FCFA en 15 ans. Avec l’énergie thermique, il faut maintenir les tarifs actuels appliqués dans les zones semi-urbaines, unanimement jugés inéquitables, pour universaliser l’accès à l’eau.

L’accès universel et équitable à l’eau potable est donc conditionné par une politique de développement des services d’eau potable axée sur l’adoption d’énergie renouvelable (notamment l’énergie solaire). Cette politique a un coût : elle suppose d’investir 330 milliards FCFA en 15 ans alors qu’un recours persistant au thermique (énergie fossile) se suffit de 133 milliards FCFA d’investissement sur la période. L’universalisation d’un accès équitable et durable à l’eau potable entraine un supplément d’investissement de 17000 FCFA par Burkinabè. Qui oserait dire que c’est trop ? Est-il réellement plus facile, dans un contexte marqué par des préoccupations environnementales grandissantes et une aide au développement qui s’essouffle, de mobiliser 133 milliards FCFA pour délivrer une eau chère et inaccessible à tous plutôt que 330 milliards FCFA pour une eau accessible à tous ? La COP 21 qui s’annonce à Paris est une opportunité pour marquer la communauté internationale par rapport aux avancées de l’Etat burkinabè dans la réflexion pour promouvoir le développement des services d’eau potable avec l’énergie solaire. Au-delà de la pertinence de ce choix par rapport à l’ambition d’universaliser l’accès à l’eau potable, il s’agit aussi d’une stratégie de positionnement pour attirer des investissements des acteurs du secteur des énergies renouvelables, au profit du secteur de l’eau. Dans la perspective de l’amenuisement de l’aide classique au développement, il est plus que judicieux pour l’Etat burkinabè d’anticiper et de développer des partenariats innovants, de saisir les nouvelles opportunités qui s’offrent pour répondre à ses besoins. A cet effet, il est indiqué que les ambitions du secteur de l’eau soient bien intégrées et mises en lumière dans l’agenda du gouvernement burkinabè à la COP 21 et que toutes les tribunes pertinentes soient saisies par tous les officiels pour assurer ce plaidoyer.

IRC se tient à la disposition des autorités et de la société civile burkinabè pour approfondir la réflexion et accompagner la mise en œuvre de ce plaidoyer.

Juste Hermann NANSI

Source : www.ircwash.org



Articles les plus récents

dimanche 17 avril 2016
par  Rosine

Exploitation industrielle de l’or : Quand le métal jaune affame les populations locales

FIAN-Burkina (Food First Information and Action Network, Burkina), cette ONG qui lutte pour le droit à l’alimentation, a lancé ce 4 mars 2016 à Ouagadougou, l’Observatoire 2015 du droit à l’alimentation et à la nutrition. Au cours d’un atelier, l’étude sur le point de vue des femmes quant à l’impact de (...)
dimanche 17 avril 2016
par  Rosine

Sauvegarder les forêts pour préserver le climat

Sauvegarder les forêts pour préserver le climat Les forêts couvrent environ un tiers de la planète et elles jouent un rôle fondamental dans les économies nationales et mondiales. Elles abritent plus de 80% des espèces d’animaux, de plantes et d’insectes sur la terre. Elles fournissent également des (...)
dimanche 17 avril 2016
par  Rosine

Gestion des déchets municipaux : La commune de Po bénéficie d’infrastructures adaptées

Gestion des déchets municipaux : La commune de Po bénéficie d’infrastructures adaptées Un centre de tri de déchets ménagers équipé d’un système de tamisage des fils, une décharge pour l’enfouissement des fractions non utilisables et un forage. Ainsi se composent les infrastructures remises officiellement à (...)
dimanche 17 avril 2016
par  Rosine

le Burkina retourne au coton conventionnel

Depuis un certain temps l’actualité cotonnière s’est emballée au Burkina Faso suite à une décision prise par l’AICB d’imposer aux cotonculteurs la production du coton 100% conventionnel et donc l’abandon du coton Bt au cours de la campagne qui démarre bientôt. La raison pour laquelle cette décision a été (...)
vendredi 1er avril 2016
par  Rosine

Développement : 2iE et ses partenaires suisses se penchent sur la qualité de l’Eau, l’Environnement et l’Energie

Eau
Développement : 2iE et ses partenaires suisses se penchent sur la qualité de l’Eau, l’Environnement et l’Energie L’Institut international d’enseignement supérieur et de recherche 2iE, organise en partenariat avec des instituts suisses, les 16 et 17 février 2016, un atelier de dissémination des (...)

Agenda

<<

2016

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Deuxième stage

Le deuxième stage en EDD a lieu du 2 au 6 avril 2012 à Ouagadougou.


Premier stage

Le premier stage en EDD a lieu du 26 au 30mars 2012 à Ouagadougou.


Brèves

5 juin 2015 - Journée mondiale de l’environnement

Le 5 juin est la Journée mondiale de l’environnement. La Journée mondiale de l’environnement (JME) est le principal moyen par lequel les Nations Unies encouragent une prise de conscience et une action d’envergure mondiale pour l’environnement. Au fil (...)

30 août 2013 - Enquête bilan de la Décennie de l’éducation en vue d’un développement durable

D’ici la mi-septembre 2013, la Fondation Monique-Fitz-Back mène une enquête, avec l’appui de l’OIF, pour préparer un bilan de la Décennie de l’éducation en vue d’un développement durable pour la Francophonie. Le CSFEF et la CONFEMEN collaborent étroitement (...)

6 juin 2013 - Le forum Planét’ERE 5 à Marrakech au Maroc avec la participation du CSFEF

Présentation du Centre virtuel francophone par le CSEFEF et la Fondation Monique-Fitz-Back Forum planét’ERRE 5 à Marrakech au MAROC

11 juin 2012 - Les enjeux de RIO+20

L’Institut Environnement, développement et société de l’Université Laval (CANADA) publie un dossier spécial sur les enjeux de RIO+20.

23 avril 2012 - L’enseignant et le changement de comportement

La difficulté de l’éducation au développement durable réside dans la capacité à faire changer le comportement des acteurs. Comme le disait Jean JAURES, on n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir ; on n’enseigne et on ne peut enseigner (...)